Sortie chez Evonik et l’ESA des terminales S

Sortie chez Evonik et l’ESA des terminales S

Par Apolline Deroche, élève de TS au LFVH

Le 8 février 2016, nous sommes d’abord allés chez Evonik, une entreprise spécialisée dans la production de produits pharmaceutiques. Nous avons assisté à une présentation sur l’entreprise en général, ainsi qu’à une démonstration des effets et utilisations des produits d’Evonik. On nous a expliqué que les produits d’Evonik étaient de grande qualité et qu’ils étaient les leaders du marché, dépassant largement les autres. On nous a présenté un projet d’Evonik. Il s’agissait d’une pilule contenant un médicament. Evonik ne s’occupe pas du principe actif, mais a développé une pilule qui s’ouvre au bon endroit dans le corps. Ainsi, s’il s’agit d’un médicament qui doit agir dans l’intestin, la pilule d’Evonik ne risque pas de s’ouvrir dans l’estomac. Cela permet d’augmenter considérablement l’efficacité d’un médicament. Une jeune femme diplômée de Harvard est venue nous présenter son métier. Elle est responsable du développement d’un produit ainsi que de sa vente. Finalement, nous sommes descendus dans les laboratoires. On nous a montré un appareil faisant de la spectroscopie infrarouge. Maxime a posé son doigt dessus et nous avons eu ce spectre avec les différentes molécules du doigt de Maxime mises en évidence. Finalement, nous avons visité l’endroit de production de médicaments ou de petites pièces placées dans les genoux et le cerveau lors d’interventions chirurgicales.

Nous nous sommes ensuite rendus à l’ESA : l’agence spatiale européenne. Une femme nous a expliqué le fonctionnement de cette agence, ainsi que les missions présentes et futures. L’ESA a des satellites en orbite autour de la Terre à environ 700 km, comme elle en a aussi à des millions de km. Nous avons appris qu’un satellite pèse maximum 10 tonnes et que la fusée qui le lance en pèse environ 750 (90% de ce poids est du carburant). Nous avons visité les bureaux de contrôle de ces satellites, avec la présence permanente d’ingénieurs prêts à intervenir en cas d’urgence. Ensuite, M. Reboud nous a présenté la grande salle, depuis laquelle les spécialistes surveillent le lancement de satellites et font hebdomadairement des entraînements à un état d’urgence potentiel. Pour cela, une équipe prévoit une simulation d’anomalies. Une autre équipe doit trouver son origine et résoudre le problème. Pour finir la journée, nous avons eu une présentation sur la mission Rosetta, et un de ses satellites qui est autour d’une comète extrêmement éloignée.

J’ai apprécié cette sortie et j’ai eu l’occasion d’apprendre beaucoup de choses. Les deux endroits étaient différents mais tous deux intéressants.