Graines de star dans les écoles de Francfort !

Graines de star dans les écoles de Francfort !

Un public enthousiaste assistait au concours inter-écoles de la chanson francophone « Ze Voïss » au Lycée Français Victor-Hugo de Francfort, lors de la semaine des lycées français du monde.


Un « grand concours international de la chanson française », baptisé « Ze Voïss » en référence à la fameuse émission télé, réunissait jeudi 16 novembre 2017 les élèves de trois écoles de Francfort : le Lycée Français Victor-Hugo, l’Ecole Européenne de Francfort et la Carl Schurz Schule. Permettre aux jeunes de s’épanouir à travers la musique, encourager les rencontres inter-écoles et promouvoir une certaine idée de la francophonie, ouverte et tonique, telles sont les motivations des enseignants qui mènent ce projet.

« J’espère que notre prof de français a aimé les paroles », commente Arthur, goguenard, après avoir chanté « Fous ta cagoule… sinon t’auras les glands, t’auras les boules… » sur la scène du gymnase du Lycée Français de Francfort, transformé pour l’occasion en une véritable salle de spectacle. Arthur, 12 ans, rouge de plaisir et suffoquant sous sa cagoule, vient de gagner avec ses copains Nathan, Patrick et Tassilo le Prix du Délire de « Ze Voïss », devant plus de 400 personnes hilares et enthousiastes.

A l’origine de « Ze Voïss », un enseignant de l´Ecole Européenne de Francfort (EEF), Julien Faglain, professeur de Français langue étrangère, fan de rap et de chanson. Il lance en 2013 la première édition du concours. En 2015 il quitte Francfort, mais d´autres enseignants reprennent l´organisation et c´est ainsi qu´en 2016, la compétition est co-organisée par des enseignants de l’EEF et du Lycée français Victor-Hugo (LFVH). Forte du succès rencontré, l’équipe organisatrice décide de s´agrandir en 2017, et d’accueillir aussi la Carl-Schurz Schule (CSS). La délocalisation de la soirée au Lycée français Victor-Hugo, à Rödelheim, est un autre signe d’ouverture.

Une soirée à l’image de Francfort : européenne et cosmopolite

La soirée du 16 novembre est à l’image de la ville de Francfort : européenne et cosmopolite. Les jeunes artistes sont d’origines française, allemande, mais aussi hongroise, polonaise, italienne, libanaise, togolaise… Une jeune élève enchante le public avec sa parfaite interprétation d’« On écrit sur les murs », puis, lorsqu’un membre du jury, admiratif, lui demande quel est son âge, elle avoue timidement qu’elle ne « parle pas français ».

Au pied de la scène, assis sur des matelas de gymnastique posés sur le sol, les enfants sont tantôt figés par l’émotion à l’écoute de Zinah avec « Papaoutai » (écouter l’audio), tantôt déchaînés lorsque Timothée chante et danse «J’veux du soleil » (Au p´tit bonheur – écouter l’audio).

Les parents, venus soutenir leurs enfants, sont bluffés par le talent des autres concurrents, les émotions dépassant les frontières des écoles. Le silence se fait lorsque Paul chante « Le temps des cathédrales » (Richard Cocciante) et prend progressivement de l’assurance, embarquant  avec lui le public au temps de Victor Hugo.

Un voyage dans la chanson francophone, de Gabriel Fauré à … Fatal Bazooka

Ni le jury, présidé par Alessandro Zandrossi et où siègent entre autres David Dilmaghani, en charge du département culture et sciences à la ville de Francfort, et Uwe Dierksen, musicien-compositeur friand de projets avec les jeunes, ni le public, ne voient le temps passer. Trois heures se sont pourtant écoulées lorsque le jury révèle enfin les noms des gagnants.

  • Le Grand Prix du Jury est décerné à
    • Raphaëlle (LFVH), sénior (15-18 ans), qui se distingue avec une interprétation forte et très personnelle de « Ne me quitte pas » de Jacques Brel (enregistrement audio)
    • et Paul (CSS), junior (12-15 ans), pour son interprétation talentueuse du « Temps des cathédrales » de Richard Cocciante (enregistrement audio)
  • Le Prix Espoir de la Chanson est attribué à Christa (LFVH), pré-junior (10-12 ans), pour sa très belle interprétation de « Boîte en argent » de Indila (enregistrement audio)
  • Le Prix Spécial du jury revient à
    • Hanna (CSS), senior, pour son interprétation lyrique de « Après un rêve » de Gabriel Fauré (enregistrement audio)
    • Zinah (EEF), junior, pour « Papaoutai » de Stromae (enregistrement audio)
    • Mathilde (LFVH), junior, pour « Les filles d’aujourd’hui » de Viannay (enregistrement audio)
    • Valentina (EEF), pré-junior, pour « On écrit sur les murs » de Kids United (enregistrement audio)
  • Enfin le Prix Délire a été attribué à Arthur, Nathan, Patrick et Tassilo pour leur version fraîche et impeccablement préparée du « Fous ta cagoule » de Fatal Bazooka (enregistrement audio).

Réécouter les candidats à ZeVoiss 2017C´est un concours de la chanson, il n’y avait donc pas de prix à gagner pour les talentueux présentateurs issus des classes de seconde. Ils ont imprimé son rythme à la soirée avec humour et énergie, et ont été récompensés par les applaudissements nourris du public. Idem pour les acteurs de 6 ème et de s3f qui on introduit avec aplomb chaque chant par une saynète vive et pétillante, soulevant plus qu’à leur tour les rires et les vivas de l’assistance.

Nos jeunes artistes des trois écoles sont bourrés d’audace et de talents ! A ne pas manquer, en particulier pour ceux  qui n’ont pu assister à cette soirée :  le site internet de Ze Voiss pour écouter ou réécouter les candidats et visionner les photos de la soirée.

Lien utile :
Site internet de l’AEFE – La semaine des lycées français du monde

Rédaction : Marie-Laure Crespy et Françoise Kempf