Premiers secours pour les troisièmes

Premiers secours pour les troisièmes

Tous les élèves de troisième du lycée ont reçu une formation aux premiers secours les 11 et 12 février 2019.

Entrainement à prodiguer les premiers soins, lors de la session de formation des troisièmes aux premiers secours (©A.v.K./ LFVH)

Ce matin-là, ils sont une vingtaine dans la salle de conférence du Lycée français de Francfort, des collégiens de troisième, mais ils ne sont pas attablés ou en train de préparer une représentation. Non, par groupe de 4 ou 5, ils s’entrainent, dans le fond de la salle, à réagir face à une personne inconsciente ; dans un autre coin, à retirer le casque d’un motard accidenté et immobile. A côté d’eux, un troisième groupe pratique un massage cardiaque sur un mannequin, à moitié en rigolant à des blagues potaches, à moitié anxieux d’avoir peut-être un jour à prodiguer ces premiers gestes de secours. Un dernier groupe fait le même exercice à l’aide d’un défibrillateur.

Tous les élèves de troisième ont été ainsi sensibilisés aux gestes qui sauvent, une formation inscrite dans les programmes de l’Education nationale et dispensée au LFVH par la Deutsches Jugendkreuz (JRK) en collaboration avec la Croix-Rouge française. En deux demi-journées, les deux formateurs ont essayé de développer des comportements civiques et solidaires tout en leur procurant des informations, des techniques, à l’aide de jeux et de simulations. 

Avez-vous vérifié le kit de votre voiture ?

Savoir utiliser un défibrillateur fait partie des premiers gestes de secours à connaître (©A.v.K./LFVH)

Prise de conscience de l’existence des risques, comment alerter les secours, comment réagir en cas d’alerte… Tous les enfants connaissent dorénavant les informations à donner en allemand au 112, le numéro européen des urgences, ou que la boite de premiers secours obligatoire dans chaque véhicule a une date limite d’utilisation à vérifier sous peine d’amende. Ils savent panser une blessure pour éviter toute contamination ou utiliser une couverture de survie dans le bon sens pour qu’elle soit efficace (le côté doré à l’extérieur…). Parfois il était un peu difficile pour des adolescents de répondre à la question « Comment former une Rettungsgasse sur l’autoroute ? », par exemple, ou « Quels documents avoir prêts dans une valise en cas d’évacuation ? »… Mais les élèves l’ont vu comme une préparation au permis de conduire ou en informeront leur entourage. Ils en ressortent en tout cas mieux sensibilisés et bien informés sur les premières mesures concrètes à prendre face à un accident qui très majoritairement se produit dans le cadre familial. Ils recevront le certificat allemand (Erste Hilfe)et son équivalent français, le PSC1 (prévention et secours civique de niveau 1). La prochaine session concernera les élèves de quatrième.

Texte et photos: Anne von Kap-herr