Rencontre des élèves de CM1 et CM2 avec Jean-Claude Mourlevat

Rencontre des élèves de CM1 et CM2 avec Jean-Claude Mourlevat

« Aimez-vous mettre des gros mots dans vos livres ?»

Jean-Claude Mourlevat est venu rencontrer des élèves de CM, il a répondu à leurs questions et il a fait ce qu’il adore : raconter des histoires

L’écrivain jeunesse Jean-Claude Mourlevat est venu de Saint-Etienne  jusqu’à Francfort pour rencontrer, pendant trois jours, des élèves de quatre écoles : l’Ecole Européenne de Francfort, la Bettina-Schule, la Carl-Schurz-Schule et le Lycée Français Victor Hugo. En tout plus de 300 jeunes, à qui il a expliqué comment il était devenu « raconteur d’histoires ». Ancien professeur d’allemand, l’écrivain a traduit des incontournables de la littérature de jeunesse allemande comme Jim Knopf de Michael Ende ou Krabat de Otfried Preußler en français.

Au Lycée français Victor Hugo, l’écrivain invité dans le cadre de l’initiative « auteurs à l’école » en collaboration avec l’association de parents UPEA a rencontré classe par classe un CM2 et trois CM1. Il a expliqué que certains de ses livres se vendaient très bien comme L’Enfant Océan qui va atteindre le million d’exemplaires et que d’autres avaient moins de succès comme A comme voleur. A la question de savoir lequel de ses titres il préfère, Jean-Claude Mourlevat a avoué avoir un petit faible pour La Ballade de Cornebique parce qu’il est plein de vie : « Ce livre devrait être remboursé par la sécurité sociale », a-t-il expliqué en souriant. Un autre livre amusant qui va probablement devenir un film est « La troisième revanche de Robert Poutifard », que Jean-Claude Mourlevat a écrit pour ses enfants amateurs de Roald Dahl : « il me fallait donc être à la fois cruel et drôle ». C’est l’histoire d’un instituteur à la retraite qui décide de se venger de ses trois pires élèves entre-temps devenus adultes. Les enfants et la maîtresse ont bien aimé, sauf la fin. « Cela tombe bien », a rétorqué l’auteur, « je suis en train de la réécrire pour le scénario du film ». Quand on lui demande d’où lui viennent ses idées, Jean-Claude Mourlevat cite Picasso qui aurait dit « Si l’inspiration vient me voir, il faut qu’elle me trouve au travail ». « Il n’y a pas de secret », a expliqué l’écrivain aux élèves de CM : « pour avoir des idées, je dois me creuser la tête ».
Visiblement fascinés par le concours d’insultes dans La Ballade de Cornebique, les élèves ont demandé à Jean-Claude Mourlevat s’il aimait mettre des gros mots dans ses livres. L’auteur a avoué avoir du plaisir à écrire des injures comme « torcheur d’éléphant » ou renifleur de pêt »… Il a surtout fait passer sa passion d’écrivain à ses jeunes lecteurs : « être publié à 40 ans a bouleversé mon existence, c’est comme si j’avais marché à côté de ma vie jusque là ».

Invité par le Lycée français Victor Hugo et l’UPEA dans le cadre des « auteurs à l’école », Jean-Claude Mourlevat est venu à Francfort grâce au soutien des Instituts français de Mayence et de Francfort (L’Institut franco-allemand IFRA).

© Lycée Français Victor-Hugo – Jean-Claude Mourlevat / Jean-Claude Mourlevat et Marie Sellier