Ze Voiss 2018 : vingt-deux talents francophones

Ze Voiss 2018 : vingt-deux talents francophones

Ovation debout, public charmé et candidats difficiles à départager… La nouvelle édition de Ze Voiss, le grand concours international de la chanson francophone qui a réuni cette année des élèves de quatre écoles de Francfort (le Lycée Français Victor-Hugo, l’Ecole Européenne de Francfort, la Liebigschule et la Carl-Schurz-Schule) a remporté un franc succès jeudi 22 novembre.

« Pour leur présence sur scène, pour leurs déguisements, j’invite Nicodème et Tassilo à revenir sur scène nous interpréter Parle à ma main », annonce le président du jury, Alessandro Zangrossi, professeur de l’Ecole européenne de Francfort.Perruques blondes et shorts à paillettes, les deux élèves du LFVH ne se font pas prier et reprennent le tube de Fatal Bazooka, leurs déhanchements et surtout leurs grands sourires malgré le stress. Leurs fans en délire dans un coin de la salle de spectacle de l’Ecole européenne de Francfort crient presque plus fort qu’eux.

Reprises de grands classiques ou interprétations des derniers tubes de Maître Gims ou de Louane… Ze Voiss, ce concours de chanson française ouvert aux écoliers (CM2), collégiens et lycées des écoles avec section francophone de Francfort (Ecole européenne, LFVH, Liebigschule et Carl-Schurz-Schule), c’est surtout l’occasion de s’épanouir à travers la musique, d’encourager les rencontres inter-écoles et de promouvoir une certaine idée de la francophonie. Des enseignants, personnels et parents d’élèves de l’école européenne et du LFVH mènent ce projet, chaque année, dans le cadre de la semaine des lycées français du monde, organisée par l’AEFE.

Un spectacle rondement mené

Sur scène, ce jeudi 22 novembre, les candidats pré-sélectionnés sont belges, allemands, italiens ou polonais… comme Kinga qui, sans parler un mot de français, interprète brillamment Junior suite de Vanessa Paradis et semble gênée ensuite de ne pouvoir répondre dans la langue de Molière aux membres du jury pourtant très admiratifs d’une telle performance.

« Au début j’ai eu un peu peur, avoue Eléonore, élève de CM2 au LFVH, les joues toutes rouges à la sortie de la scène, tout ce public, les lumières, mais très vite ça a été… ». L’interprète a capella de L’enfant et l’oiseau a savouré les longs applaudissements et le soutien de ses camarades de classe venus avec leurs panneaux d’encouragements fabriqués pour l’occasion. Mais c’est finalement une copine de l’école qui a remporté le prix Coup de cœur : Noa et son interprétation toute personnelle, du haut de ses 10 ans, de Le diable ne s’habille plus en Prada de Soprano.

Rondement menée, sans temps morts grâce à des animateurs – des collégiens de l’Ecole européenne-, très bien préparés, la soirée dont les bénéfices sont reversés à l’association caritative Pour un sourire d’enfant, s’est achevée avec la traditionnelle remise des prix. Après plus d’une heure et demie de spectacle, le jury a rapidement statué, même si ces quatre membres ont eu du mal à départager les seize candidats. Les prix attribués, les quelques 400 spectateurs sont repartis en fredonnant pour certains Parle à ma main.

 

Le palmarès 2018 :

  • Le Prix de l’originalité : Elias (Carl-Schurz-Schule), pour Si seulement, chanson qu’il a lui même écrite, composée, interprétée et jouée à la guitare !
  • Le Prix Coup de cœur : Noa (LFVH), pour Le diable ne s’habille plus en Pradade Soprano
  • Le Premier Prix Junior : Valentina (EEF) pour Les feuilles mortes de jacques Prévert et Yves Montand
  • Le Premier Prix Senior : Laura (EEF) pour Les grands boulevards d’Yves Montand (encore !) avec la casquette et les bretelles.
  • Le Prix de l’artiste : remis aux animateurs de la soirée.

Davantage de photos sur le site organisateur.

Anne von Kap-herr        

Photos : H.-N. Fournier et A. von Kap-herr