Celia, lauréate de la Bourse Excellence Major

Celia, lauréate de la Bourse Excellence Major

Une bachelière du Lycée français Victor Hugo de Francfort est lauréate de la Bourse Excellence Major de l’AEFE et du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères français. Ce dispositif permet aux heureux élus d’obtenir un soutien financier pour poursuivre des études de haut niveau en France jusqu’à 5 ans.

Celia, lauréate de la Bourse Excellence Major 2020, à l’entrée du Lycée français Victor Hugo de Francfort où elle a effectué toute sa scolarité (©LFVH).

Celia, une jeune Allemande qui a suivi toute sa scolarité au Lycée français Victor Hugo de Francfort, vient d’obtenir l’Abibac, double diplôme franco-allemand, avec mention Très bien. De brillants résultats qui ont validé l’octroi d’une Bourse Excellence Major, aide financière accordée à des bacheliers étrangers issus du réseau des lycées français du monde afin qu’ils puissent faire des études de haut niveau en France durant cinq ans (jusqu’au Master 2). Cofinancées par l’AEFE et le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères français, environ 200 Bourses Excellences major sont accordées chaque année alors que 800 dossiers sont présentés. Trois taux de boursiers existent, attribués selon les ressources des parents des lauréats. Celia percevra notamment un versement mensuel de 222 € (été inclus), un remboursement des frais de scolarité jusqu’à 5000 € par année universitaire, le remboursement plafonné de sa mutuelle étudiante, ou encore un aller-retour par an.

Voilà plusieurs années que les bacheliers du LFVH n’étaient pas retenus ou étaient en liste complémentaire, malgré l’envoi d’au moins un dossier par an par l’équipe de direction avec les professeurs principaux. Celia nous détaille comment elle a appris cette bonne nouvelle.

Comment avez-vous eu connaissance de la Bourse Excellence Major ?

Celia : Je ne connaissais pas cette bourse, c’est ma professeure principale (physique chimie) qui m’a présenté ce dispositif avec le proviseur. J’ai postulé sans trop y croire car son attribution dépend des résultats scolaires et il y a de nombreux candidats qui déposent des dossiers et méritent sans doute plus que moi d’obtenir une bourse pour faire des études.

Comment avez-vous appris la nouvelle ? Qu’avez-vous ressenti ?

Celia : C’était bizarre car mes parents n’étaient pas à la maison ce soir-là, or c’est le proviseur qui les a appelés en premier pour le leur annoncer et, en raison de mauvaises connections téléphoniques, mes parents n’ont pas réussi à me joindre. Du coup c’est le proviseur qui me l’a appris directement, il était très fier. J’ai été assez surprise, et en même temps très heureuse et honorée.

Quels sont maintenant vos projets ?

Celia : Je ne sais pas encore où je vais débuter mes études à la rentrée de septembre, mais ce sera très probablement un cursus franco-allemand en chimie entre Paris et Bielefeld ou entre Fribourg et Mulhouse. Ainsi je ne toucherai la bourse que pour les semestres passés en France, mais je tiens vraiment à poursuivre un parcours franco-allemand comme toute ma scolarité. C’est très important pour moi !

 

L’ensemble des professeurs et des personnels qui ont accompagné Celia tout au long de son parcours au LFVH sont très heureux de cette bonne nouvelle ; au-delà des aspects financiers, Celia pourra étoffer son curriculum vitae de cette distinction prestigieuse, symbole bien connu des grandes écoles internationales post-bac.

Nous lui souhaitons le meilleur pour la suite.