Die Europäische Union, ein Märchen von jungen Franzosen und Deutschen

Die Europäische Union, ein Märchen von jungen Franzosen und Deutschen

Enfants de Solaize et de Francfort, leurs encadrants et leurs personnages du conte européen. (©AKH/LFVH)

Pendant cinq jours quatorze élèves de CM2 et 11 collégiens venus de Solaize, ville de la périphérie lyonnaise, ont inventé un conte ayant pour personnages des pays de l’Union européenne. C’est l’aboutissement d’un échange franco-allemand, lancé en 2018, par le conseil municipal des enfants de cette ville et quelques enfants du LFVH encadrés par Mme Litzenburger, professeur d’allemand à l’école primaire, et des responsables de Solaize.

Des élèves du LFVH regardent les courts-métrages réalisés par les enfants participants à l’échange avec Solaize. (©AKH/LFVH)

Il y a un embouteillage à l’entrée de la salle de conférence. Plusieurs classes d’élémentaire se pressent pour voir l’exposition Märchen aus Europa : un gobelin, Geldon, représentant le Luxembourg, Francis le Français, ou encore Maney, le gros billet violet -cousin d’une célèbre éponge de dessin animé- symbole de l’Allemagne…

Geldon, le Gobelin luxembourgeois, un des personnages de Märchenland aus Europa. (©AKH/LFVH)

Pendant trois jours d’ateliers, une vingtaine d’enfants participant à l’échange entre Solaize et le Lycée français Victor Hugo de Francfort a inventé et fabriqué à l’aide de papier, peinture, divers objets recyclés… six personnages représentant les pays fondateurs de l’Union européenne ; inventé et crée un conte autour de ceux-ci, avec ses décors ; conçu une exposition qu’ils font visiter ce vendredi 28 juin 2019 aux élèves du LFVH. Un oubli : ils ont aussi trouvé le temps de réaliser quatre courts métrages en stop-motion après avoir visité le Musée du film de Francfort !

Comment expérimenter concrètement la citoyenneté européenne ? C’est l’objectif de cet échange LFVH-Solaize. Pendant cinq jours, onze enfants et quatre adultes de Solaize ont été accueillis au LFVH et dans des familles. Ils font partie du conseil municipal des enfants et des jeunes de cette petite ville de la métropole lyonnaise, viennent découvrir les différences entre l’Allemagne et la France et avaient accueillis des élèves du LFVH l’an dernier.

Cette année, à Francfort, il s’agissait donc d’écrire et d’illustrer tous ensemble un conte sur l’Europe, avec l’aide de l’artiste, Uwe Grellneth. Au programme également la visite du centre de Francfort, du musée du film, de la Main Tower… et des soirées pique-nique ou piscine !

„On est dans l’Olympe en 2020, c’est silencieux. Artémis, Simba, Astrid, Geldon, Italiorgre, Francis et Maney sont des dieux… “ , extrait du conte écrit et illustré par les enfants de l’échange Solaize-LFVH. (©AKH/LFVH)

Il y a un an, treize CM1 du LFVH avaient chaleureusement été accueillis à Solaize. Le groupe franco-allemand avait produit un spectacle autour du Petit Chaperon rouge, héros du conte des Allemands, Jakob et Wilhelm Grimm comme de celui du Français, Charles Perrault, avec l’aide de comédiens, qu’il avait présenté sur place.

Cet échange a été rendu possible grâce à l’engagement de Mmes Odile Riondet, élue de Solaize et Petra Litzenburger, professeur d’allemand à l’école primaire. Il a reçu le soutien de l’office franco-allemand de la jeunesse, des villes de Francfort et Solaize, du FSE du LFVH, des familles d’accueil de part et d’autre du Rhin.

« J’en retiens que les horaires de l’école en Allemagne et en France sont très différents, »note Mahé, en 6ème à Solaize. Pour Orane ce sera la découverte des Pays-Bas et de ses fleurs. Pour la plupart d’entre eux, surtout de nouveaux amis, la découverte que l’Union Européenne a été fondée par six pays, « mais pas le Royaume-Uni que pourtant tout le monde associe à l’Europe en ce moment », remarque Elliott de Solaize. Outre la découverte de l’histoire européenne autrement que dans les livres, chacun a aussi révélé ses talents artistiques. Des nombreuses réussites qui ont dépassé l’idée initiale et les enfants ont déjà dans la tête de nouveaux projets d’échange !

Texte et photos : A. von Kap-herr

Tags: